METSEM#34 : Logiciel CorText Manager – Extraction d’information et analyse socio-sémantique pour les sciences humaines et sociales (Philippe Breucker, ESIEE Paris & LISIS)

La 34ème séance du MetSem aura lieu le jeudi 15 septembre de 15h à 17h en hybride. Philippe Breucker présentera CorText : « Logiciel CorText Manager – Extraction d’information et analyse socio-sémantique pour les sciences humaines et sociales ».

Résumé de la séance :

CorTexT Manager est une application web construite par des chercheurs et par des ingénieurs à destination de chercheurs en sciences humaines et sociales, au plus près des questions portées par les chercheurs qui nous entourent et par notre communauté d’utilisateurs.
 
Cette application web peut produire un grand nombre d’analyses différentes qui ont trait aux champs méthodologiques du traitement automatique de la langue, de l’analyse des réseaux sociaux, de la statistique, et plus récemment autour de la dimension géographique qui se cache dans ces données.
 
Un des points forts de Cortext Manager est de pouvoir traiter plusieurs dimensions d’analyse en les combinant dans le même espace. Cet aspect hétérogène permet par exemple d’associer le temps avec la dimension sociale, de l’analyse de texte avec la dimension sociale ou géographique. Cela permet d’appréhender l’émergence de domaines de recherche et d’innovation, d’étudier des controverses et “hot topics”, d’effectuer des cartographies socio-sémantiques des productions de la recherche (publications, brevets, projets), ainsi que d’analyser des contenus issus du web et des média-sociaux.
 
Cet atelier se propose de sensibiliser l’audience à certaines de ces méthodes tout en découvrant l’organisation et l’évolution de la production scientifique autour de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine entre 2014 et 2020.
 

Pour vous inscrire :

METSEM#33 : Qualitative and Quantitative Methods for Situating Human-Machine Communication Processes: A Comparative Analysis of Online Dating Practices (Jessica PIDOUX, CEE Sciences Po)

La 33ème séance du MetSem a eu lieu le jeudi 10 mars de 10h à 12h en hybride. Jessica Pidoux a présenté son travail de recherche « Qualitative and Quantitative Methods for Situating Human-Machine Communication Processes: A Comparative Analysis of Online Dating Practices ».

Résumé de la séance :

In my doctoral thesis, I studied three different standpoints: Graphical User Interfaces (GUI), developers, and users to understand online dating phenomena. For each standpoint, I retained the relevance of replications (Boullier, 2018). This enabled me to focus on specific entities for each standpoint (e.g., user representation variables, algorithmic input values on interfaces) that have agency over replicating online-dating practices across platforms. Through a comparative analysis, I identified the entities that become conventional across platforms. This way, I focused on comparing the plurality of possibilities that online dating creates for every actor. To build the comparisons, I used both quantitative and qualitative methods, chosen accordingly for every standpoint adopted. More specifically, I focused on the analysis of how data traceability is built on GUI structures due to their crucial role. They mediate developers’ practices of collecting data necessary for defining algorithms and of user interactions for finding a date, a partner, or for establishing at least a contact online. While qualitative analysis enabled me to have a situated view on what matters to actors, the quantitative analysis enabled commensurability of entities.

Ressources complémentaires :

Sa thèse

Article complémentaire

Sa bio

METSEM#32 : La mesure de l’abstention, nouvelle épine dans le pied des sondeurs ? (Bruno Jeanbart, OpinionWay)

La 32ème séance du MetSem a eu lieu le mercredi 24 novembre de 10h à 12h via zoom. Bruno Jeanbart est intervenu sur le thème suivant : « La mesure de l’abstention, nouvelle épine dans le pied des sondeurs ? ».

Résumé de la séance :

Si la restitution des sondages électoraux continue de se focaliser sur la mesure des intentions de vote, la tendance historique à la baisse de la participation électorale en France, hors élection présidentielle, constitue un défi pour les sondeurs amenés à conduire ce type d’enquête. L’objet du séminaire sera de présenter les méthodes utilisées pour tenter de mesurer l’abstention, leurs évolutions et les difficultés rencontrées. Quel bilan peut-on tirer de ces pratiques, dans la capacité à appréhender un niveau d’abstention correspondant à la réalité ? Il s’agira également de s’interroger sur la capacité des enquêtes à appréhender le corps électoral (les inscrits sur les listes) quand l’appareil statistique national ne diffuse des données que sur la population générale. Enfin, nous chercherons à comprendre l’impact des conséquences éventuelles d’erreurs de mesure de l’abstention sur la qualité des sondages d’intention de vote.

METSEM#31 : Introduction aux Sciences Comportementales (Lou SAfra, Cevipof, Sciences Po)

La 31ème séance du MetSem a eu lieu le lundi 27 septembre de 10h à 12h via zoom. Nous y avons accueilli Lou Safra pour une introduction aux Sciences Comportementales.

Résumé de la séance :

Les sciences comportementales occupent une place croissante dans le monde de la recherche en sciences sociales au sens large. Et pour cause, ces nouvelles méthodes, issues notamment de la psychologie expérimentale et des neurosciences, en font des outils particulièrement pertinents pour apporter de nouveaux éclairages sur les questions étudiées en sciences humaines. Néanmoins, comme tout champ de recherche, les sciences cognitives et comportementales ont également leurs limites. Aussi est-il important pour les chercheurs en sciences humaines d’acquérir un regard critique éclairé sur les sciences comportementales mais également de pouvoir s’approprier ces méthodes pour leurs propres recherches. Lors de ce séminaire, je présenterais les principales méthodes utilisées en sciences comportementales et les questions fondamentales à se poser lors de l’élaboration d’un protocole pour la réalisation d’études comportementales.

METSEM#30 : Les enjeux démocratiques des archives, perspective comparative France/Belgique (Odile Gaultier-Voituriez, Responsable du département archives, Direction des ressources et de l’information scientifique Sciences Po ; Marie-Laurence Dubois, Présidente de l’Association des archivistes francophones de Belgique)

La 30ème séance du MetSem a eu lieu le mercredi 16 juin de 10h à 12h via zoom. Odile Gaultier-Voituriez et Marie-Laurence Dubois nous ont proposé une présentation intitulée « Les enjeux démocratiques des archives, perspective comparative France/Belgique ».

Résumé de la séance :

Après une explication de la distinction archives publiques/privées, nos intervenantes reviendront sur les questions politiques liées au droit des archives. Si en France, « depuis la loi de 2008, les documents d’archives publiques sont par principe librement communicables à toute personne qui en fait la demande » (Source FranceArchives) sous réserve d’un certain nombre de délais spécifiques de communication, des angles morts persistent. En Belgique les questions de déclassification ne sont pas tranchées et posent question. Nous vous invitons à lire à ce sujet le texte « Crise sanitaire, démocratie et archives. La préservation des documents ministériels, un enjeu patrimonial et de gouvernance » (A lire ici) en amont du séminaire.

METSEM#29 : Un tirage plus précis est-il un remède contre la non-réponse ? Exemple du passage d’un échantillon de logements à un échantillon d’individus (Emmanuelle Duwez, Simon Lecorgne, Mathieu Olivier, Blazej Palat, CDSP SCIENCES Po)

La 29ème séance du MetSem a eu lieu le vendredi 7 mai de 10h à 12h via zoom. Emmanuelle Duwez, Simon Lecorgne, Mathieu Olivier et Blazej Palat nous feront une présentation intitulée “Un tirage plus précis est-il un remède contre la non-réponse ? Exemple du passage d’un échantillon de logements à un échantillon d’individus”.

Résumé de la séance :

L’échantillonnage constitue l’étape préalable à toute enquête par questionnaire en sociologie. Toutefois les modes de constitution d’un échantillon sont diverses. En fonction des paramètres du tirage, l’échantillon sera plus ou moins représentatif de la population générale et les résultats de l’enquête pourront être plus ou moins facilement généralisés. Lors de cette séance, nous nous interrogerons sur cette question de la représentativité en nous focalisant sur un exemple précis : la nature de la base de sondage. Actuellement, de nombreux dispositifs d’enquête choisissent de passer d’un échantillon de logements à un échantillon d’individus dans le processus de recrutement des répondants. Une première analyse de données de l’Enquête Sociale Européenne (ESS) sur des pays ayant déjà changé de base de sondage laisse penser que cette modification de tirage améliore la représentativité de l’enquête, mais complique le travail de gestion de la collecte des données. Cette séance du METSEM sera l’occasion d’observer les conséquences de ce changement d’échantillon dans le cadre des enquêtes menées par le CDSP.

METSEM#28 : Animer à dessein : un atelier pratique (Baptiste COULMONT, École normale supérieure Paris-Saclay)

La 28ème séance du MetSem a eu lieu le jeudi 14 janvier de 10h à 12h via zoom. Baptiste Coulmont nous a fait une présentation intitulée “Animer à dessein : un atelier pratique”.

Résumé de la séance :

Si un graphique est un texte, il comporte alors une dimension narrative. Une énigme, une tension, un déroulement, une conclusion. Quand le graphique est statique, ce qui est le cas habituellement, l’histoire racontée fait intervenir des personnages extérieurs, connus des lecteurs les plus savants (qui peuvent alors reconstruire l’énigme et la tension). Animer un graphique revient alors à réintroduire ces personnages et un déroulement, à construire une tension et à faire apparaître une conclusion. 
 
 
La séance a proposé une introduction au package {gganimate} de R à partir de quelques exemples concrets.

Le code présenté en séance est à retrouvé avec le présentation en format html animé dans le fichier .zip à cette adresse : https://metsem.hypotheses.org/files/2021/01/metsem28.zip

 

 

METSEM#27 : Hybrider un enseignement centré sur les apprenants (Charlotte Tempier & Marine Lanteri, SAPIENS / INSTITUT DES DÉFIS CRI-PARIS)

La 27ème séance du MetSem a eu lieu le mercredi 25 novembre de 10h à 12h via zoom. Charlotte Tempier et Marine Lanteri nous a fait une présentation intitulée “Hybrider un enseignement centré sur les apprenants”.

Pour (ré)écouter la séance :

Au vu du contexte sanitaire et de ses contraintes en enseignement-apprentissage, l’hybridation des formations est perçue comme une contrainte. Pourquoi ne pas y voir une opportunité de penser l’hybridation comme mode d’apprentissage de nos sociétés contemporaines et de ses acteurs ?

Par cette intervention, nous vous invitons à expérimenter une approche pédagogique centrée sur l’apprenant, ses besoins puis à partager notre projet autour des ‘passeurs’ de savoir, ou “Comment aujourd’hui un.e enseignant.e-chercheur.e, spécialiste de sa discipline de recherche, peut accompagner les apprenants dans leur démarche d’apprentissage et devenir un ‘passeur’ auprès de ses étudiants, ses pairs et son établissement ?”

METSEM#26 : Défis de la réutilisation des données ouvertes et stratégies alternatives (Samuel Goëta, Datactivist & Sciences Po Aix)

La 26ème séance du MetSem a eu lieu le mercredi 21 octobre de 13h30 à 15h30 via zoom. Samuel Goëta nous a fait une présentation intitulée Défis de la réutilisation des données ouvertes et stratégies alternatives”.

Pour (ré)écouter la séance :

Depuis octobre 2018, la loi pour une République numérique prévoit que toutes les administrations de plus de 50 agents (et pour les collectivités locales de plus de 3500 habitants) doivent diffuser les données qu’elles produisent sous une licence et un format ouverts facilitant leur réutilisation. Les administrations publient plusieurs dizaines de milliers de jeux de données, regroupés essentiellement sur data.gouv.fr en France, avec des niveaux de valeur et d’utilisabilité très variables. Dans cette séance du MetSem, Samuel Goëta, co-fondateur de la coopérative Datactivist et maitre de conférences associé à Sciences Po Aix, proposera de débattre des défis posés par la réutilisation des données ouvertes. Nous nous concentrons sur 4 défis essentiels de l’open data : la découvrabilité, la documentation, la qualité et les échanges entre producteurs et réutilisateurs. Le travail des données, son ampleur et sa répartition entre producteurs et réutilisateurs seront le fil rouge de ce séminaire qui décrira le contexte administratif, politique et juridique dans lequel se déploie l’ouverture des données publiques. Que faire si les données publiques sont inexistantes sur un sujet ou inexploitables ? Le séminaire se conclura par quatre stratégies alternatives d’obtention de données : le recours au droit d’accès aux documents administratifs, l’extraction (scraping) des données du web, la constitution de bases de données à partir d’informations disponibles et l’appel à une foule de contributeurs.

 

École thématique 2020 EXPLO-SHS La Rochelle, 12-16 octobre 2020

Annonce du réseau Mate-Shs :

Bonjour à  toutes et à tous,

Dans le contexte  actuel, nous vous prions de nous excuser si d’aventure ce message vous parvenait à un moment peu opportun.

L’Ecole Thématique CNRS « Explo-SHS » consacrée à l’exploration  dans la recherche en sciences sociales (mise en perspective, revue de pratiques, nouveaux défis) se tiendra du 12 au 16 octobre 2020 à La Rochelle, avec le soutien du réseau Mate-shs.

Les candidatures  sont ouvertes, n’hésitez pas à venir vous informer sur le site de l’école (https://explo-shs.sciencesconf.org/)  et surtout à vous porter candidat.e  pour participer à un moment collectif de réflexion, de formation et de débat sur une question qui traverse nos pratiques de recherche et nos disciplines !

L’école thématique part du constat que l’exploration constitue à la fois une étape clé du processus de construction du savoir scientifique et un moment de la recherche mal défini et peu documenté.

A l’heure où les sources d’informations s’accroissent de manière exponentielle, où les données se massifient, où les disciplines s’hybrident, les procédures se standardisent et les rythmes s’accélèrent, quelle est la place de l’exploration dans une démarche scientifique  et quelles sont les pratiques actuelles en la matière en SHS ? Une formalisation de cette phase de la recherche est-elle possible ? Peut-on faire l’économie d’une approche exploratoire, faut-il la déléguer à des procédures automatisées et dans quelles conditions ?

L’école thématique  souhaite sensibiliser et former les stagiaires aux méthodes et outils mobilisables durant un processus d’exploration et elle entend les aider à formaliser et documenter cette étape pour mieux l’expliciter et/ou la valoriser.

Disposer de ressources pour découvrir un terrain ou un corpus de données, comprendre le fonctionnement des outils, être attentif aux signaux faibles dans les données et se donner les moyens d’emprunter de nouvelles pistes de questionnements, voilà l’enjeu !

L’école thématique Explo-SHS vise ainsi à :

  • S’approprier des outils et procédures qui permettent de combiner collecte et exploration de données et de « fouiller » les gisements de données produits en dehors d’un objectif scientifique de recherche (traces numériques du web, grandes bases de données issues de l’activité sociale,…) ;
  • S’approprier des outils et procédures qui permettent d’évaluer efficacement le potentiel scientifique des données, de juger de leur qualité/fiabilité et d’aiguiser l’attention pour déceler des dimensions non triviales en leur sein
  • Confronter la législation et les contraintes juridiques sur les données aux conditions de la mise en œuvre d’une exploration ; Identifier et discuter les effets d’une standardisation des protocoles de recherche et des routines d’analyse ;
  • Transmettre des expériences d’exploration et partager les pratiques en usage dans les différentes disciplines scientifiques ; favoriser l’échange et le débat entre les différent.es participant.es.

À qui s’adresse l’école thématique CNRS Explo-SHS ?

Cette école thématique s’adresse aux membres des laboratoires SHS qui souhaitent discuter et/ou développer la place de l’exploration dans leur démarche de recherche, et ce, qu’ils ou elles travaillent dans une perspective qualitative ou quantitative. Quels que soient  leur statut et leur appartenance institutionnelle, ingénieur·es et technicien·nes, chercheur·es et enseignant·es-chercheur·es, doctorant·es et post-doctorant·es en sciences humaines et sociales intéressé.es par ce projet sont bienvenu.es pour candidater !

Des ateliers débutants/intermédiaires/experts sont prévus, à partir de matériaux variés (données numériques, corpus de documents, enquêtes, entretiens,…).

Les candidat.es s’engagent à participer à l’intégralité de la formation.

Les modalités de candidature et d’inscription ont été établies avant la situation exceptionnelle que nous vivons. Face à l’incertitude dans laquelle nous sommes toutes et tous, nous avons pour le moment fait le choix de ne pas changer la procédure (dans la mesure où les questions administratives et budgétaires cadrent l’agenda de ce type d’événement). La procédure et le calendrier sont néanmoins susceptibles d’évoluer en fonction des différents événements et décisions. Nous nous en excusons par avance et nous restons à votre
disposition pour répondre à toutes vos interrogations. N’hésitez pas à nous contacter (explo-shs@sciencesconf.org).

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site d’Explo-SHS (https://explo-shs.sciencesconf.org/).

N’hésitez pas à diffuser cette annonce dans vos réseaux.

Portez-vous bien,

Viviane Le Hay, pour le comité d’organisation de l’école thématique

Pascal Cristofoli, Gaëlle Deletraz, Viviane Le Hay, Hélène Mathian, Julie Pierson, Frédéric Vergnaud

MetSem#25 : Quelles sont les meilleures méthodes de pré-test d’un questionnaire et pourquoi ce sont les entretiens cognitifs ?

La séance #25 du MetSem a eu lieu le jeudi 07 novembre 2019 à 10h00 au 98 rue de l’Université, 75007 Paris, en salle Percheron. 
Nous y avons accueilli Simon Le Corgne, Mathieu Olivier et Blazej Palat (Centre de données sociopolitiques de Sciences Po) pour une séance intitulé “Quelles sont les meilleures méthodes de pré-test d’un questionnaire et pourquoi ce sont les entretiens cognitifs ? Retour d’expérience des travaux méthodologiques sur les instruments de collecte des données”. 
 
Résumé de la séance : 
 

Les recherches quantitatives sont souvent réalisées au prix d’importants investissements en termes de temps et de ressources. Pourtant, la qualité des données ainsi recueillies est parfois insuffisante et rend difficile les tests d’hypothèses ainsi que la formulation de conclusions. Une raison principale en est que les questions ne sont pas toujours comprises par les répondants conformément aux attentes des concepteurs de questionnaires. Afin de prévenir ce problème, il convient de pré-tester les instruments de collecte. Lors de cette séance, nous passerons rapidement en revue différentes méthodes de pré-tests dont l’efficacité et la facilité de mise en place sont très variables. Nous nous focaliserons en particulier sur la méthode des entretiens cognitifs qui présente l’avantage d’explorer le ressenti du répondant à une question posée et aux modalités de réponses proposées. Des exemples concrets de travail réalisé au Centre des Données Socio-Politiques (CDSP), dans le cadre des projets Enquête Longitudinale par Internet pour les Sciences Sociales (ELIPSS) et Enquête Sociale Européenne (ESS), seront présentés. L’exemple d’ESS permettra d’évoquer, en outre, les biais liés à la traduction de questions et les enjeux d’harmonisation linguistique dans le cadre d’enquêtes multiculturelles. Une discussion sera animée afin d’inciter les participants à appliquer des techniques de tests et de traduction de questions.

Simon Le Corgne, Mathieu Olivier et Blazej Palat sont ingénieurs au CDSP (UMS de Sciences Po et de CNRS). Ils sont en charge d’activités de pré-tests de questionnaires réalisés dans le cadre d’ELIPSS et d’ESS. Simon Le Corgne est aussi coordinateur d’ESS pour la France.

 

MetSem#24 : Du code dans ma thèse, 3 interventions autour de l’auto-instrumentation en thèse de doctorat

La séance #24 du MetSem a eu lieu le jeudi 19 septembre 2019 à 10h au 98 rue de l’Université, 75007 Paris, en salle Percheron. Nous y avons accueilli Florence Ecormier-Nocca (CEE, Sciences Po), Robin de Mourat (médialab, Sciences Po) et Guillaume Levrier (Cevipof, Sciences po) pour une séance intitulé “Du code dans ma thèse”, modérée par Paul Girard (directeur technique du médialab, Sciences Po)

Résumé de la séance :

Le lien intime entre recherche, méthodes et outils s’organise le plus souvent en équipes où collaborent chercheurs et ingénieurs de recherche, qu’il s’agisse d’appliquer une méthode existante ou d’en développer de nouvelles. Quelle forme prend ce lien dans le cadre d’un doctorat en sciences humaines et sociale ? Si la formation méthodologique encourage l’usage de logiciels existants, la pratique du développement informatique se démocratise et les doctorants sont de plus en plus souvent amenés à développer leurs propres outils de recherche. Le recours à ces développements spécifiques conduit à repenser la place de la programmation dans le travail de doctorat -et plus généralement de recherche- et à questionner le lien entre le code, son auteur et sa recherche. A la fois chercheurs et promoteurs de leur propres outils/méthodes, les doctorant.e.s sont directement confronté.e.s à cette question fondamentale de la recherche méthodologique. Pour cette séance, nous invitons 3 doctorant.e.s de disciplines différentes à présenter leur pratique de développement informatique dans le cadre de leur thèse de doctorat avant de participer à une discussion, qui mettra en perspective la dichotomie des rôles ingénieur-chercheur dans le travail de recherche.

MetSem#23 : Émilien Ruiz (Centre d’histoire de Sciences Po)

La séance #23 du MetSem a eu lieu le jeudi 27 juin 2019 à 10h au 98 rue de l’Université, 75007 Paris, en salle Percheron. Nous y avons accueilli Émilien Ruiz (Centre d’histoire de Sciences Po) pour un exposé intitulé “l’écriture de l’histoire a-t-elle connu un tournant numérique ?”

Résumé de la séance :

L’objectif de cet exposé sera de questionner les transformations numériques de l’écriture de l’histoire. En accord avec la “commande” des organisatrices et organisateurs du MetSem, il s’agira de tenter de développer une réflexion plus générale autour des pratiques de publications “alternatives” en ligne. Qu’est-ce que l’usage des blogs académiques/carnets de recherche et des outils de diffusion en ligne de nos travaux nous disent des transformations des sciences humaines et sociales en général et du métier d’historien·ne en particulier ? Le retour sur l’expérience de *La boîte à outils des historiens*, animée avec Franziska Heimburger depuis 2009, permettra d’aborder un enjeu un peu plus vaste : celui de la formation des apprenties chercheuses et des apprentis chercheurs en SHS. Au-delà de l’incontestable efficacité du label, le paradigme qui semble se dessiner autour des “humanités numériques” est-il vraiment susceptible de permettre à l’histoire et aux sciences sociales de négocier leur tournant numérique ?

MetSem#22 : Kévin Jean (Laboratoire MESuRS – CNAM Paris)

La 22ème séance du MetSem a eu lieu le jeudi 16 mai à 10h en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli Kévin Jean (Laboratoire MESuRS – CNAM Paris) pour une séance intitulée Les méthodes et indicateurs en épidémiologie – et comment ils peuvent être utilisés dans les sciences sociales.

Résumé de la séance :

L’épidémiologie se donne pour objectif d’étudier le risque de survenue d’un événement de santé dans une population (épidémiologie descriptive) et d’identifier les facteurs qui le déterminent (épidémiologie étiologique). Dans cet exposé je présenterai la démarche épidémiologique en mettant en évidence les différents types d’étude sur lesquelles elle repose (enquêtes, études cas-témoin, cohortes), la nature des données générées (transversales, rétrospectives, prospectives) ainsi que les indicateurs fréquemment utilisés. La plupart des exemples seront tirés du champ de l’épidémiologie sociale, qui vise à mettre à jour des associations entre indicateurs de santés et indicateurs socioéconomiques

Séminaire Méthodologie de Sciences Po

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search