MetSem#25 : Quelles sont les meilleures méthodes de pré-test d’un questionnaire et pourquoi ce sont les entretiens cognitifs ?

La séance #25 du MetSem a eu lieu le jeudi 07 novembre 2019 à 10h00 au 98 rue de l’Université, 75007 Paris, en salle Percheron. 
Nous y avons accueilli Simon Le Corgne, Mathieu Olivier et Blazej Palat (Centre de données sociopolitiques de Sciences Po) pour une séance intitulé “Quelles sont les meilleures méthodes de pré-test d’un questionnaire et pourquoi ce sont les entretiens cognitifs ? Retour d’expérience des travaux méthodologiques sur les instruments de collecte des données”. 
 
Résumé de la séance : 
 

Les recherches quantitatives sont souvent réalisées au prix d’importants investissements en termes de temps et de ressources. Pourtant, la qualité des données ainsi recueillies est parfois insuffisante et rend difficile les tests d’hypothèses ainsi que la formulation de conclusions. Une raison principale en est que les questions ne sont pas toujours comprises par les répondants conformément aux attentes des concepteurs de questionnaires. Afin de prévenir ce problème, il convient de pré-tester les instruments de collecte. Lors de cette séance, nous passerons rapidement en revue différentes méthodes de pré-tests dont l’efficacité et la facilité de mise en place sont très variables. Nous nous focaliserons en particulier sur la méthode des entretiens cognitifs qui présente l’avantage d’explorer le ressenti du répondant à une question posée et aux modalités de réponses proposées. Des exemples concrets de travail réalisé au Centre des Données Socio-Politiques (CDSP), dans le cadre des projets Enquête Longitudinale par Internet pour les Sciences Sociales (ELIPSS) et Enquête Sociale Européenne (ESS), seront présentés. L’exemple d’ESS permettra d’évoquer, en outre, les biais liés à la traduction de questions et les enjeux d’harmonisation linguistique dans le cadre d’enquêtes multiculturelles. Une discussion sera animée afin d’inciter les participants à appliquer des techniques de tests et de traduction de questions.

Simon Le Corgne, Mathieu Olivier et Blazej Palat sont ingénieurs au CDSP (UMS de Sciences Po et de CNRS). Ils sont en charge d’activités de pré-tests de questionnaires réalisés dans le cadre d’ELIPSS et d’ESS. Simon Le Corgne est aussi coordinateur d’ESS pour la France.

 

MetSem#24 : Du code dans ma thèse, 3 interventions autour de l’auto-instrumentation en thèse de doctorat

La séance #24 du MetSem a eu lieu le jeudi 19 septembre 2019 à 10h au 98 rue de l’Université, 75007 Paris, en salle Percheron. Nous y avons accueilli Florence Ecormier-Nocca (CEE, Sciences Po), Robin de Mourat (médialab, Sciences Po) et Guillaume Levrier (Cevipof, Sciences po) pour une séance intitulé “Du code dans ma thèse”, modérée par Paul Girard (directeur technique du médialab, Sciences Po)

Résumé de la séance :

Le lien intime entre recherche, méthodes et outils s’organise le plus souvent en équipes où collaborent chercheurs et ingénieurs de recherche, qu’il s’agisse d’appliquer une méthode existante ou d’en développer de nouvelles. Quelle forme prend ce lien dans le cadre d’un doctorat en sciences humaines et sociale ? Si la formation méthodologique encourage l’usage de logiciels existants, la pratique du développement informatique se démocratise et les doctorants sont de plus en plus souvent amenés à développer leurs propres outils de recherche. Le recours à ces développements spécifiques conduit à repenser la place de la programmation dans le travail de doctorat -et plus généralement de recherche- et à questionner le lien entre le code, son auteur et sa recherche. A la fois chercheurs et promoteurs de leur propres outils/méthodes, les doctorant.e.s sont directement confronté.e.s à cette question fondamentale de la recherche méthodologique. Pour cette séance, nous invitons 3 doctorant.e.s de disciplines différentes à présenter leur pratique de développement informatique dans le cadre de leur thèse de doctorat avant de participer à une discussion, qui mettra en perspective la dichotomie des rôles ingénieur-chercheur dans le travail de recherche.

MetSem#23 : Émilien Ruiz (Centre d’histoire de Sciences Po)

La séance #23 du MetSem a eu lieu le jeudi 27 juin 2019 à 10h au 98 rue de l’Université, 75007 Paris, en salle Percheron. Nous y avons accueilli Émilien Ruiz (Centre d’histoire de Sciences Po) pour un exposé intitulé “l’écriture de l’histoire a-t-elle connu un tournant numérique ?”

Résumé de la séance :

L’objectif de cet exposé sera de questionner les transformations numériques de l’écriture de l’histoire. En accord avec la “commande” des organisatrices et organisateurs du MetSem, il s’agira de tenter de développer une réflexion plus générale autour des pratiques de publications “alternatives” en ligne. Qu’est-ce que l’usage des blogs académiques/carnets de recherche et des outils de diffusion en ligne de nos travaux nous disent des transformations des sciences humaines et sociales en général et du métier d’historien·ne en particulier ? Le retour sur l’expérience de *La boîte à outils des historiens*, animée avec Franziska Heimburger depuis 2009, permettra d’aborder un enjeu un peu plus vaste : celui de la formation des apprenties chercheuses et des apprentis chercheurs en SHS. Au-delà de l’incontestable efficacité du label, le paradigme qui semble se dessiner autour des “humanités numériques” est-il vraiment susceptible de permettre à l’histoire et aux sciences sociales de négocier leur tournant numérique ?

MetSem#22 : Kévin Jean (Laboratoire MESuRS – CNAM Paris)

La 22ème séance du MetSem a eu lieu le jeudi 16 mai à 10h en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli Kévin Jean (Laboratoire MESuRS – CNAM Paris) pour une séance intitulée Les méthodes et indicateurs en épidémiologie – et comment ils peuvent être utilisés dans les sciences sociales.

Résumé de la séance :

L’épidémiologie se donne pour objectif d’étudier le risque de survenue d’un événement de santé dans une population (épidémiologie descriptive) et d’identifier les facteurs qui le déterminent (épidémiologie étiologique). Dans cet exposé je présenterai la démarche épidémiologique en mettant en évidence les différents types d’étude sur lesquelles elle repose (enquêtes, études cas-témoin, cohortes), la nature des données générées (transversales, rétrospectives, prospectives) ainsi que les indicateurs fréquemment utilisés. La plupart des exemples seront tirés du champ de l’épidémiologie sociale, qui vise à mettre à jour des associations entre indicateurs de santés et indicateurs socioéconomiques

MetSem#21 : Donato Ricci (médialab, Sciences Po)

La 21ème séance du MetSem a lieu le jeudi 18 avril à 10h en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli Donato Ricci (médialab, Sciences Po) pour une séance intitulée La dataviz pour les nul•le•s autour de la lecture de visualisations de données de la perspective du design.

Résumé de la séance :

Au fur et à mesure que les outils, les techniques et les approches de visualisation des données et de l’information deviennent de plus en plus répandus et simplifiés, l’activité de lecture et d’interprétation des visualisations est souvent laissée à l’arrière-plan. Au cours de la séance, nous nous concentrerons sur le décodage d’une série de visualisations pour imaginer et comprendre comment un public potentiel peut s’y identifier. L’accent sera mis sur la dépendance mutuelle des activités de codage et de décodage, sur la base de la logique sémiotique de Jacques Bertin.

La présentation en haute qualité disponible sur le google drive du séminaire, hypotheses ne permettant pas d’héberger de documents lourds

MetSem#20 : Caroline Protais (OFDT, CERMES3) & Vincent Benso (Techno+, ASUD, Trend IDF)

La séance n°20 du MetSem a eu lieu le jeudi 21 février à 10h en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli lors d’une double séance Caroline Protais pour “enquêter en terrains difficiles : drogues, prison et troubles psychiatriques”, puis Vincent Benso pour “usagers et revendeurs de stupéfiants : quels moyens mettre en œuvre ? Face à quelles difficultés ?”

Résumés de la séance :

– Intervention de Caroline Protais : « cette intervention propose une réflexion sur les conséquences méthodologiques et épistémologiques des enquêtes réalisées en « terrains difficiles ». Après avoir questionné les éléments de trajectoires qui conduisent les chercheurs à s’intéresser à ce type de problématiques, nous envisagerons les difficultés spécifiques posées par ce type de terrain : accès aux personnes, situation d’entretien, statut de l’analyse et questionnements éthiques. Ces différents points seront illustrés sur la base d’enquêtes réalisées en prison ainsi qu’auprès de publics usagers de drogues en contact avec les dispositifs ou en situation de précarité par rapport au logement et présentant des troubles psychiatriques. »

– Intervention de Vincent Benso : « dans cette intervention, Vincent Benso reviendra sur près de 15 ans de recherche et plus de 200 entretiens auprès d’usagers et de trafiquants de stupéfiants. Sous la forme d’un retour d’expérience, il détaillera les principales difficultés auxquelles il a été confronté et les techniques qu’il a mis en oeuvre pour y faire face. Il abordera aussi les techniques d’enquête via Internet dont les potentialités apparaissent à la hauteur des questionnements qu’elles soulèvent ».

MetSem#19 : Pierre Molette (LERASS/PsyCom)

La séance n°19 du MetSem a eu lieu le lundi 10 décembre à 10h en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli Pierre Molette pour une séance sur l’analyse assistée du discours et un retour sur les 25 ans du logiciel Tropes.

Résumé de la séance :

Cette séance propose de faire un point sur l’analyse assistée du discours à travers un examen des possibilités offertes par le logiciel Tropes. Souvent, les usages en sciences sociales d’un grand nombre de logiciels d’analyse textuelle, notamment lorsqu’il s’agit d’exploiter des entretiens, peuvent être faits en dehors de toute considération théoriques sur le langage. L’objet de la séance sera, à l’inverse, de montrer la nécessité de prendre en considération la conception théorique du discours sur laquelle se base le logiciel. L’objet de la séance sera également de revenir sur la manière dont Tropes permet de saisir la dimension diachronique d’un entretien, par contraste avec d’autres logiciels ayant tendance à écraser cette dimension. La séance sera également l’occasion de faire un retour sur les usages qui ont été faits de ce logiciel depuis maintenant 25 ans.
Après un rappel du cadre théorique dans lequel s’inscrit le logiciel Tropes – analyse propositionnelle, cognitive, discursive et chronologique du discours – le fonctionnement interne du logiciel sera présenté. Trois exemples viendront illustrer ses différentes fonctionnalités. Un moment d’échanges avec l’intervenant et créateur du logiciel clôturera la séance de 2 heures.

MetSem#18 : Stéphane Legleye (INSEE) & Alex Alber (CITERES/COST, Université de Tours)

La séance n°18 du MetSem a eu lieu le vendredi 23 novembre à 10h en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli Stéphane Legleye et Alex Alber pour une séance sur l’usage des “paradonnées” dans les enquêtes par questionnaire et par entretiens.

Résumé de la séance :

Cette séance du METSEM sera consacrée à l’actualité du thème des “paradonnées” en méthodologie quantitative et qualitative. Les “paradonnées” sont généralement définies comme une forme particulière de métadonnées utilisée pour renseigner un procédé de collecte de données, principalement par questionnaire. Les “paradonnées” sont ainsi distinguées des “données”, c’est-à-dire des informations directement visées par la collecte ou la production d’informations sur le terrain. Elles constituent un objet encore assez largement délaissé par la sociologie et la science politique en France, et font en particulier encore peu sens lorsqu’il est question de données dites “qualitatives”. Pourtant leur mobilisation peut être riche d’enseignements et cette séance s’efforcera de mettre en regard l’intérêt que peut avoir cette démarche pour les enquêtes par questionnaire comme pour les enquêtes par entretiens.

MetSem#17 : Michaël Meyer (Université de Lausanne)

La séance n°17 du MetSem a eu lieu le lundi 29 octobre à 14h30 en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli Michaël Meyer pour nous parler du panorama des “méthodes visuelles” et de la place de la photographie dans la boite à outils des sciences sociales.

Résumé de la séance :

A mesure que les images deviennent une partie intégrante de la culture scientifique (films de recherche, concours d’images scientifiques, etc.), dans une société elle-même envahie par les images, l’impératif se fait sentir d’incorporer concrètement les images à la palette des méthodes d’investigation des sciences sociales. Cette intervention évoquera en particulier les relations entre photographie et enquête de terrain. Je rappellerai tout d’abord certains antécédents, plus nombreux qu’on ne le pense, d’utilisation de la photographie dans des enquêtes sociologiques et ethnologiques. Je détaillerai ensuite différents exemples d’usages actuels de la photographie, en particulier l’utilisation de la photographie comme support d’entretien (photo-elicitation interview). Pour cela, je présenterai des travaux dans les mondes professionnels de la police et des ambulanciers. Cet itinéraire me conduira à souligner deux dimensions des outils visuels qui demandent une vigilance particulière : d’une part, les questions relatives à la construction des images et aux effets de sens sur la réalité mise en images ; d’autres part, les questions relatives à la situation d’enquête et à la dynamique de la relation enquêteur/enquêté.

MetSem#16 : Pierre-Henri Bono (Sciences Po, CEVIPOF)

La séance n°16 du MetSem a eu lieu le jeudi 27 septembre à 10h en salle Annick Percheron, au 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Nous y avons accueilli Pierre-Henri Bono pour nous parler du modèle causal contrefactuel dans l’évaluation des politiques publiques.

Résumé de la séance :

Plusieurs définitions de la causalité existent en sciences sociales. La preuve la plus évidente de cette assertion est l’emploi de l’expression : “la causalité au sens de…” Dans ce cadre, comment est définie la causalité en science économique ? Pour le cas particulier de l’évaluation d’une politique publique, les questions sont simples : est-ce que x cause y ? Si oui, qu’elle est la valeur de l’effet de x sur y ? Malgré la simplicité apparente des questions, économistes et économètres doivent souvent mettre en oeuvre des méthodes complexes pour y répondre. Après un bref historique de la notion de causalité utilisée dans l’évaluation des politiques publiques, la mécanique fondamentale du modèle contrefactuel sera détaillée. Ce modèle repose sur l’hypothèse selon laquelle pour un même agent il existe plusieurs résultats hypothétiques, les résultats potentiels, qui sont fonction de l’exposition de l’agent à une manipulation. Nous montrerons ensuite comment la science économique a résolu le problème de la non-observabilité de la valeur contrefactuelle en évoquant toutes les techniques qui permettent de prendre en compte les biais de composition entre le groupe de traitement et le groupe contrefactuel en présentant les hypothèses sous-jacentes aux différentes techniques. Les méthodes présentées seront : affectation aléatoire, régression linéaire causale, méthodes d’appariement, régression discontinue, variables instrumentales et double différence.

Séminaire Méthodologie de Sciences Po