MetSem#24 : Du code dans ma thèse, 3 interventions autour de l’auto-instrumentation en thèse de doctorat

La séance #24 du MetSem a eu lieu le jeudi 19 septembre 2019 à 10h au 98 rue de l’Université, 75007 Paris, en salle Percheron. Nous y avons accueilli Florence Ecormier-Nocca (CEE, Sciences Po), Robin de Mourat (médialab, Sciences Po) et Guillaume Levrier (Cevipof, Sciences po) pour une séance intitulé “Du code dans ma thèse”, modérée par Paul Girard (directeur technique du médialab, Sciences Po)

Résumé de la séance :

Le lien intime entre recherche, méthodes et outils s’organise le plus souvent en équipes où collaborent chercheurs et ingénieurs de recherche, qu’il s’agisse d’appliquer une méthode existante ou d’en développer de nouvelles. Quelle forme prend ce lien dans le cadre d’un doctorat en sciences humaines et sociale ? Si la formation méthodologique encourage l’usage de logiciels existants, la pratique du développement informatique se démocratise et les doctorants sont de plus en plus souvent amenés à développer leurs propres outils de recherche. Le recours à ces développements spécifiques conduit à repenser la place de la programmation dans le travail de doctorat -et plus généralement de recherche- et à questionner le lien entre le code, son auteur et sa recherche. A la fois chercheurs et promoteurs de leur propres outils/méthodes, les doctorant.e.s sont directement confronté.e.s à cette question fondamentale de la recherche méthodologique. Pour cette séance, nous invitons 3 doctorant.e.s de disciplines différentes à présenter leur pratique de développement informatique dans le cadre de leur thèse de doctorat avant de participer à une discussion, qui mettra en perspective la dichotomie des rôles ingénieur-chercheur dans le travail de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.